Premiers liens

J’ai eu la chance cette année de participer à une formation qui m’a ouvert les portes d’un monde à part. Celui des bébés nés prématurément, de leurs parents et de leur début de vie de famille chamboulée. Du lien, qu’ils créent ensemble, si possible aidés par la technique du peau à peau avec ou sans moyen de portage.

Le cours « Portage et prématurité » de premier liens ( pour en savoir plus sur cette association ), nous a été donné par la fabuleuse Isabelle Sertelon. Formatrice passionnée et passionnante, Isabelle nous a transmis son savoir, acquis par de nombreuses années de pratique aux côtés du personnel du service de néonatalogie de l’hôpital de Croix-Rousse à Lyon.

J’ai décidé de suivre cette formation par envie d’apprendre toujours plus sur le portage et sur les besoins des nouveaux-nés.

Qu’est-ce que l’enroulement apporte à un bébé ? Et pourquoi a-t-il besoin de se sentir contenu ? Quels sont les bienfaits du peau à peau, et pourquoi les bébés récupèrent-ils mieux avec un contact rapproché et régulier ? Comment apporter un peu de bien-être aux parents de ces bébés aux besoins si intenses ?

J’ai été touchée de constater une fois de plus, l’importance du regard d’un parent à son enfant, des odeurs de sa peau et du bruit de son cœur.

Tous ces gestes et besoins naturels mis en place pour réussir petit à petit, jour après jour à s’apprivoiser, à créer des liens avec ce petit être arrivé si vite qu’on n’a parfois pas eu le temps de l’intégrer.

Des notions plus techniques comme apprendre à repérer les signes de stress et de bien-être que les enfants nous envoient. Porter à bras et en écharpe de la façon la plus respectueuse qu’il soit. Découvrir un portage adapté à des bébés  prématurés (dont une des particularités principales est que le moyen de portage doit pouvoir être enlevé rapidement), mais aussi particulièrement respectueux des bébés de quelques mois de vie.

J’ai pu, grâce à cette formation, me plonger un peu plus dans la découverte des besoins des tout petits bébés. Je saurai maintenant encore mieux conseiller les parents de prématurés et de nouveaux-nés. C’était finalement un véritable — j’ai presque envie de dire nécessaire avec le recul — complément de ma formation de monitrice pourtant déjà très riche en informations.

Je ne vous cacherai pas que les larmes me sont montées aux yeux à plusieurs reprises, ne pouvant qu’imaginer le parcours du combattant traversé par ces bébés et leurs parents. Je suis rentrée chez moi heureuse à l’idée de pouvoir un jour apporter un peu de soutien à l’aide de ces bouts d’écharpes qui sont bien plus que ce que l’on pourrait penser au premier abord. J’espère qu’un contact avec des monitrices de portage spécialement formées sera de plus en plus régulièrement proposé aux parents par les hôpitaux.

Bravo à toutes ces personnes qui donnent tant de leur temps pour apprendre et comprendre les bébés. Pour leur apporter, ainsi qu’à leurs parents, autant de (re)confort que possible. C’est pour moi un grand honneur de pouvoir apprendre à vos côtés.

 

 

Hit enter to search or ESC to close